Un Savigny-Lès-Beaune 1er cru, un Pernand-Vergelesses 1er cru et un Corton Grand Cru en rouge, un Pernand-Vergelesses 1er cru et un Corton Grand Cru en blanc : peut-on rêver meilleure approche du vignoble de la Côte de Beaune?
A noter que toutes les parcelles du domaine sont cultivées en « biodynamie » depuis 2005…

Savigny-Lès-Beaune 1er cru « Les Lavières » 2006

Robe claire aux reflets rubis, nez floral peu marqué (quelques notes de violette), légèrement épicé : au premier abord, ce Savigny 1er cru se fait assez discret.
Mais il se comporte bien en bouche où les arômes de fruits rouges éclatent d’abord, avant de laisser s’exprimer quelques épices dans une finale de belle longueur. Dans l’ensemble, la fraîcheur bien présente (peut-être un peu trop ?) et la minéralité, sans doute issue de ce terroir calcaire, l’emportent sur les tanins.

Sans doute encore un peu jeune pour être apprécié pleinement, mais néanmoins agréable : 14/20.

Pernand-Vergelesses 1er cru « Ile des Vergelesses » 2006

Situé à mi-côteau, Île des Vergelesses est un des climats de Pernand-Vergelesses les plus éloignés de Pernand et bénéficie par conséquent d’un bel ensoleillement.
Ce premier cru présente une robe plus soutenue que celle du Savigny-Lès-Beaune et son nez, cette fois plus fruité que floral, se montre également plus chaud et boisé.
Au palais, l’acidité a cédé sa place à une harmonie plus complexe de fruits mûrs, d’épices (touches légèrement poivrées), même de cuir ! Le boisé plus présent et des tanins fondus assurent une structure et un volume en bouche qui peuvent s’épanouir en une longue finale.

Un vin bien équilibré : 16/20.

Corton Grand Cru « Les Bressandes » 2006

Le nez de ce Corton Grand Cru à la robe grenat sombre et dense, mêle les fruits mûrs (notamment la myrtille) à des arômes plus sauvages de boisé, de tabac, d’épices et de fumée.
La bouche est complexe et d’emblée volumineuse ; une sucrosité intéressante accompagne les saveurs fruitées auxquelles s’ajoutent des notes de sous-bois et d’épices. La structure encore très tannique confère au vin une certaine puissance, tandis qu’une belle acidité qui lui garantit finesse et harmonie. Finale exceptionnelle de longueur et d’équilibre.

Un grand vin à garder encore plusieurs années : 17/20 (peut-être 18/20 dans quelques années).

Pernand-Vergelesses 1er cru « Ile des Vergelesses » Blanc 2007

De robe assez pâle, ce Pernand-Vergelesses blanc se présente d’abord avec un nez de fleurs blanches et de vanille, qui révèle après aération des arômes fruités de pomme et de poire.
Au palais une très légère acidité en début de bouche associée à du fruit laisse rapidement place à un volume plein et gras de crème, de beurre, avec une pointe de caramel et du miel dans la longue finale.

Un vin savoureux, à déguster sur des viandes blanches en sauce et des plats à la crème : 16/20.

Corton Grand Cru Blanc 2007

Il ne faut pas confondre ce Corton Grand Cru Blanc, issu de raisins provenant principalement du climat « les Bressandes », au sol argilo-calcaire profond, avec un Corton Charlemagne produit sur un terroir marneux.

Sa robe moyennement profonde de couleur paille à reflets dorés laisse à peine deviner un nez très expressif où les notes toastées de brioche, de miel, de pruneau, de noix et de marron le disputent aux arômes puissants de fleurs.
La bouche n’est pas plus décevante avec une rondeur remarquable et un équilibre parfait entre un côté lactique et la saveur fruitée d’une pêche mûre à laquelle s’associent merveilleusement des notes marquées de beurre et d’épices douces (vanille). La finale très longue dénote un gros potentiel de garde…

Un vin plein et très équilibré : 18/20.