Nous avons l'habitude de recevoir des gens passionnés mais, à ce niveau-là, c'est beaucoup plus qu'une passion, c'est l'histoire d'une vie qui nous a été présentée. François Despagne est intarissable sur Bordeaux, la Rive Droite, Saint-Emilion, Grand Corbin-Despagne et bien d'autres sujets encore : l'histoire, la géologie, le travail saisonnier et les méthodes de culture de la vigne, l'apogée des vins, le classement de Saint-Emilion …

Et surtout, le choix des vins a été réalisé dans un but pédagogique évident : - Trois vins de la Rive Droite pour mettre en évidence similitudes et différences : Saint-Emilion Petit Corbin-Despagne 2009, Castillon – Côtes de Bordeaux Ampelia 2005 et Pomerol Le Chemin 2009.

- Grand Corbin-Despagne 2007, pour montrer que l'on peut réaliser des très bons vins dans un millésime que l'on qualifiera de peu favorable.

- Une mini-verticale de Grand Corbin-Despagne sur trois millésimes aux caractéristiques très semblables mais distants de 10 ans entre eux : 2010, 2000 et 1990 !

Saint-Emilion Grand Cru Petit Corbin-Despagne 2009

La robe pourpre dévoile encore quelques reflets violacés. Le nez bien ouvert se montre très agréable : il est très fruité (cassis, framboise), agrémentées de notes vanillées et mentholées. En revanche la bouche possède beaucoup moins de fruits que le nez ; elle est charpentée, très astringente, marquée par une forte acidité. La belle longueur laisse augurer d'un avenir plus avenant.

Un vin aux caractéristiques (astringence et acidité) étonnantes pour le millésime (14,5 / 20) mais qui devrait bien s'améliorer d'ici 5 ans : 16 / 20 ?

Castillon – Côtes de Bordeaux Ampelia 2005

La robe est d'un grenat assez sombre et légèrement tuilée sur le disque. Intense, le nez est très représentatif du merlot (95 %) : confiture de fruits noirs (mûres), réglisse, belle minéralité, quelques touches d'acétone. L'attaque en bouche est gouleyante, encore sur le fruit, avec une certaine tension, des tanins fondus et une finale fraîche.

Un bon vin à son apogée : 15,5 / 20.

Pomerol Le Chemin 2009

La robe est pourpre et sombre, sans trace de jeunesse. Le nez est très intense, fumé et crayeux au premier nez, évoluant sur un fruité généreux agrémenté de touches anisées. La bouche est charpentée et minérale, au toucher moelleux et soyeux. Elle possède une belle fraîcheur et une longue finale réglissée. L'élevage (100 % barriques neuves) est parfaitement intégré.

Un grand Pomerol déjà très agréable (16,5 / 20) qui devrait encore gagner en complexité (17,5 / 20 ?) d'ici 5 à 8 ans.

Saint-Emilion Grand Cru Classé Grand Corbin Despagne 2007

La robe est assez sombre, ni jeune, ni encore évoluée. Le nez est assez timide mais néanmoins chaleureux, avec des fruits confits, des épices, et quelques notes empyreumatiques. La bouche est équilibrée, à la matière légère mais au grain fin, avec des arômes de pruneaux à l'eau de vie. Une très légère verdeur se fait ressentir, mais beaucoup moins qu'on pouvait le craindre, et la finale se montre suffisamment persistante.

Une belle surprise (15,5 / 20) pour un vin qu'il sera intéressant de suivre sur encore 3 à 5 ans.

Saint-Emilion Grand Cru Classé Grand Corbin-Despagne 2010

La robe est très sombre, presque noire, aux reflets violacés à peine perceptibles. Le nez intense donne une impression de concentration, avec surtout du cassis et du pruneau, mais aussi de la suie, des épices et de la réglisse. La bouche est chaleureuse, possède beaucoup de matière, un moelleux superbe, un très beau volume et des tanins fins encore présents sans montrer la moindre aspérité. Elle sait se montrer sphérique avant de s'allonger sur la très belle finale.

Ce grand vin peut déjà être apprécié à table par ceux qui aiment les vins fruités et corsés (16,5 / 20), ce qui est incroyable pour son jeune âge, mais il va gagner en complexité dans 10 ans et plus (18 / 20 ?) comme va le démontrer la suite …

Saint-Emilion Grand Cru Classé Grand Corbin-Despagne 2000

La robe est encore très sombre, avec de beaux reflets tuilés. Très ouvert et très complexe, le nez part déjà sur les arômes tertiaires de sous-bois, de truffe, de lys, voire quelques touches animales. La bouche est d'un équilibre précis, entre rondeur, fraîcheur, fruité secondaire (fruits compotés) et longueur.

Un excellent vin qui n'est pas loin de son apogée (17 / 20) … mais qui devrait encore s'améliorer légèrement (17,5 / 20 ?) sur les 5 à 10 ans à venir.

Saint-Emilion Grand Cru Grand Corbin-Despagne 1990

La robe est claire et couleur brique : elle tranche avec tous les autres vins et même de façon évidente avec le 2000, le millésime le plus proche. Le nez intense et magnifique exhale des arômes tertiaires suaves et d'une élégance rare : rose fanée comme dans les vieux grands Bourgogne, pruneau, fruité très confit, sous-bois, truffe, havane … Qu'est ce qu'on voyage ! En bouche aussi on ressent la suavité dans ce vin de plus de vingt ans qui a encore beaucoup de chair, des arômes de fruité secondaire, de pruneau et de réglisse. La finale très longue se montre à la fois épurée et salivante : on a envie d'y revenir !

Un très grand vin ! 18+ / 20

Merci Monsieur François Despagne, toutes vos démonstrations étaient réussies !